Recherche avancée

Genève > Actualités > Jean Asselborn aux Nations unies à Genève >

Jean Asselborn aux Nations unies à Genève

Publié le mercredi 17 janvier 2018

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, se rendra à Genève le 18 janvier 2018 pour une visite de travail auprès des Nations unies.

Dans le cadre du 3e Examen périodique universel (EPU) du Luxembourg par le Conseil des droits de l'homme, Jean Asselborn, accompagné de sa délégation, présentera au groupe de travail chargé de l'Examen périodique universel les mesures prises par le Luxembourg et les efforts réalisés dans le but de s'acquitter de ses obligations et engagements dans le domaine des droits de l'homme. Le processus de l’EPU par le Conseil des droits de l’homme, établi par la résolution 60/251 de l’Assemblée générale des Nations unies, consiste à passer en revue, à intervalles réguliers, les réalisations de l’ensemble des États membres de l’ONU dans le domaine des droits de l’homme. Il s’agit d’un processus mené par les États, sous les auspices du Conseil des droits de l’homme. Il fournit à chaque État l’opportunité de présenter les mesures qu’il a prises pour améliorer la situation des droits de l’homme sur son territoire et remplir ses obligations en la matière. Véritable examen par les pairs, encadré par le haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, l’EPU donne à tout État membre de l’ONU la possibilité de faire des recommandations à tout autre État membre, dans le cadre des obligations contractées par ce dernier. Les deux examens précédents du Luxembourg ont eu lieu en 2008 et en 2013.

Au cours de son déplacement à Genève, le ministre Asselborn aura des entrevues avec le haut-commissaire aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, et le directeur général de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), William Lacy Swing, pour faire le point sur la situation des droits de l’homme, les dernières évolutions en matière de migration et la coopération du Luxembourg avec le haut-commissariat aux droits de l’homme et l’OIM.

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes

Retour