Recherche avancée

Genève > Actualités > Participation du Luxembourg à la 34ième session de l’Exam... >

Participation du Luxembourg à la 34ième session de l’Examen Périodique universel

Publié le jeudi 14 novembre 2019

La Représentation permanente du Luxembourg participe en ce moment à la 34ème session de l’Examen périodique universel (EPU), qui a lieu du 4 novembre 2019 au 15 novembre 2019, par la soumission de recommandations à un certain nombre de pays dont les rapports sont examinés durant la session.

Ainsi la Représentation permanente a participé aux examens de l’Italie, de l’El Salvador, de la Bolivie, de Saint-Marin, de l’Angola, de l’Iran, du Madagascar, de la Slovénie et de l’Égypte.

En ce qui concerne l’Italie (voir texte intégral), le Luxembourg a salué les réformes économiques et sociales que le Gouvernement italien a annoncé de promouvoir et a recommandé entre autres d’établir une institution nationale des droits de l’homme indépendante, conforme aux Principes de Paris.

Pour ce qui est de l’El Salvador (voir texte intégral), la délégation luxembourgeoise a soutenu les efforts entrepris par le pays dans le domaine de l’élimination de toutes les formes de discrimination contre les femmes. Elle a par la suite recommandé de ratifier le Protocole facultatif se rapportant à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, de poursuivre la réforme de l’appareil judicaire et des institutions de sécurité publique ainsi que d’accélérer l’adoption d’une législation renforçant le rôle prépondérant de l’Institut salvadorien pour la promotion de la femme.

Le Luxembourg a également salué les progrès normatifs atteints en matière des droits humains de la communauté LGBTI en Bolivie (voir texte intégral) et a recommandé entre autres à cette dernière d’assurer l’indépendance des médias et le respect de la liberté d’expression ainsi que de garantir le droit de consultation libre, préalable et éclairé des peuples autochtones sur des projets pouvant les affecter.

Pour le Saint-Marin (voir texte intégral), le Luxembourg s’est félicité de la reconnaissance des mêmes droits et garanties aux partenaires enregistrés, qu’ils soient homosexuels ou hétérosexuels, qu’aux couples mariés. La délégation luxembourgeoise a ensuite recommandé d’accéder à la Convention relative au statut des réfugiés et à son Protocole, ainsi que de réduire davantage la durée de résidence pour demander la naturalisation.

L’Angola (voir texte intégral) a été félicité par le Luxembourg pour la ratification le mois dernier de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Le Luxembourg a entre autres recommandé au pays d’assurer la protection des défenseurs des droits de l’homme contre des actes d’intimidation et de harcèlement.

Pour ce qui est de l’Iran (voir texte intégral), la délégation luxembourgeoise a recommandé d’instituer un moratoire sur l’application de la peine de mort, en vue de son abolition définitive, de mettre fin aux persécutions religieuses, y compris les Baha’i et de prendre toutes les mesures nécessaires pour éliminer et interdire la discrimination sur la base de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre ou de l’expression de genre.

Le Luxembourg a salué la ratification de la Convention relative aux droits des personnes handicapées et du Deuxième Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, visant à abolie la peine de mort par le Madagascar (voir texte intégral). Le Luxembourg a ensuite recommandé de dépénaliser la diffamation et l’insulte et de réformer les dispositions y relatives pour mieux les harmoniser avec les normes internationales en matière de liberté d’expression ainsi que d’assurer le respect de la législation existante visant à éliminer la discrimination à l’égard des femmes.

Le Luxembourg a salué les évolutions positives enregistrées en Slovénie (voir texte intégral), en particulier dans le domaine de la promotion de l’égalité et dans le domaine de la santé. La délégation luxembourgeoise a recommandé entre autres d’adopter une stratégie globale de lutte contre la discrimination en consultation avec les représentants de la société civile ainsi que d’accroître progressivement l’aide publique au développement de manière à atteindre l’objectif international de 0,7% du produit national brut.

En ce qui concerne l’Égypte (voir texte intégral), le Luxembourg a recommandé d’adopter une nouvelle loi sur les ONG en vue de faciliter le travail des défenseurs des droits de l’homme et de les protéger, d’introduire des dispositions légales pour lutter contre le viol, d’abolir définitivement la peine de mort et enfin de ratifier le Statut de Rome de la Cour Pénale Internationale.

Retour