Paulette Lenert rencontre les ministres de la Santé français, allemand, autrichien et suisse et le directeur général de l'OMS

La ministre de la Santé Paulette Lenert a participé aux célébrations de la Fête nationale du 14 juillet à Paris. Sur invitation du président français Emmanuel Macron, le Luxembourg ainsi que l'Allemagne, la Suisse et l'Autriche étaient symboliquement présents sur la place de la Concorde, en guise de remerciement pour avoir pris en charge dans leurs hôpitaux en tout 161 patients français, dont 11 dans les 4 hôpitaux luxembourgeois.

  1. ©MAEE

    (de g. à dr.) Rudolf Anschober, Tedros Adhanom Ghebreyesus, Paulette Lenert, Olivier Véran, Alain Berset et Jens Spahn au déjeuner offert par le ministre des Solidarités et de la Santé français.
  2. ©Présidence de la République

  3. ©MAEE

    Paulette Lenert avec Alain Berset, Chef du Département fédéral de l'Intérieur de la Confédération Suisse.
  4. ©Présidence de la République

    Paulette Lenert sur la tribune d'honneur.
  5. ©Ludovic Marin / afp

    Le président de la République française Emmanuel Macron accueille les ministres de la Santé du Grand-Duché de Luxembourg Paulette Lenert (gauche) et de la République fédérale de l’Allemagne Jens Spahn (à droite).
  6. ©MAEE

    (de g. à dr.) Alain Berset, Paulette Lenert et Rudolf Anschober répondent aux questions de la presse.
  7. ©Présidence de la République

    La tribune d'honneur au défilé militaire à l'occasion de la Fête nationale française.

Après la cérémonie de fête nationale au format réduit, honorant la mobilisation des armées et du monde soignant contre le Covid-19, Paulette Lenert a eu un échange avec ses homologues allemand (Jens Spahn), autrichien (Rudi Anschober) et suisse (Alain Berset) ainsi qu'avec le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. Lors du déjeuner offert par le ministre français des Solidarités et de la Santé Olivier Véran, les ministres ont discuté de la situation actuelle dans leurs pays respectifs et des leçons à tirer de la pandémie de Covid-19 en vue des préparatifs à entamer en automne.

"Nous avons réussi à maintenir la première courbe relativement basse grâce à l'engagement et à la solidarité remarquables des médecins, des professionnels de santé, des bénévoles et de nos citoyens. Aujourd'hui, nous concentrons tous nos efforts dans le monitoring étroit de l'évolution de la situation et à la préparation à une éventuelle nouvelle vague," a souligné Paulette Lenert.

Face à la nette recrudescence du coronavirus au Luxembourg, la ministre a encore expliqué la stratégie de test très ambitieuse déployée au Grand-Duché, afin de se mettre en conformité avec les recommandations internationales: "Le dispositif de diagnostic mis en place a permis de détecter un nombre élevé de cas, y inclus asymptomatiques, ainsi que leurs contacts. L'objectif de ces démarches est de briser les chaînes d'infections et de préserver les capacités du système de santé."

Par ailleurs, le dispositif de test luxembourgeois est accessible non seulement aux résidents, mais aussi aux nombreux travailleurs frontaliers qui représentent pas moins de 46% de la force de travail. La situation du Luxembourg se distingue dès lors de celle des autres pays en ce que le nombre de cas positifs inclut un pourcentage élevé de non-résidents, pouvant atteindre jusqu'à 20%.

À noter en outre que selon l'étude de monitoring de la mortalité au niveau européen, la surmortalité observée pour le Luxembourg pendant la phase aiguë de la crise est restée sous le niveau marquant d'une augmentation substantielle; elle est par ailleurs largement inférieure à celle observée dans nos pays voisins et européens (BE, FR, EI, IT, NL, ES, CH, UK).

Communiqué par le ministère de la Santé

Dernière mise à jour